Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie

  • Effets du Brexit chez nous

    À la Cidrerie Stassen, l’impact sera limité. Ici, on exporte très peu vers l’Angleterre, pourtant très branchée cidre. Mais de l’autre côté du Channel, on fait ses propres boissons avec les fruits du cru.

    Pour Detry, à Aubel, l’impact sera probablement plus important, sans être phénoménal. Car 70 % de la production aubeloise sont vendus en Belgique et les gros clients étrangers sont notamment la France et l’Espagne, nuance Xavier Étienne, l’administrateur délégué. Récemment, Detry a néanmoins livré de la marchandise typée Noël outre-Manche. Pour la suite, ce sera le pâté qui devrait surtout en pâtir. Car, en Grande-Bretagne, la Belgique n’est pas renommée que pour ses « chocolates » : on apprécie aussi, par exemple, le « Brussels pâté » (notre pâté crème) et l’« Ardenne pâté » (soit de campagne) made in Detry. « Pour ce type de plat, l’Angleterre ne travaille quasiment qu’avec des produits belges », indique Xavier Étienne.

    Et ça, Brexit ou pas, l’Aubelois prévoit qu’ils en redemanderont : « Du jour au lendemain, les Britanniques ne vont pas passer à autre chose ».

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 29 décembre 2020

  • La Meuse met fin à ce blog

    Chères lectrices, chers lecteurs, chères amies, chers amis,

    La nouvelle est tombée ce mardi 15 décembre 2020. Sudpresse a dû prendre la décision d'arrêter les blogs pour diverses raisons économiques. La situation étant ce qu'elle est, Sudpresse n’est plus en mesure de rembourser les minimes notes de frais des blogueurs à partir du 1er janvier 2021 et de maintenir l'hébergement des blogs à partir du 1er février 2021. La raison évoquée est donc purement économique. 

    Le premier billet du blog Aubel a été publié le 18 mai 2012. Depuis, j’y ai publié 5941 notes. Au mois de novembre vous étiez plus de 22.265 lecteurs !

    Je me suis donc vu contraint de chercher une alternative pour continuer à couvrir l'actualité régionale et un nouveau concept est en cours de réalisation.

    Avec d'autres blogueurs nous avons décidé de continuer - à nos frais - de vous informer comme nous l'avons fait ces dernières années.

    Nous n'avons pas encore décidé de la plateforme qui hébergera le nouveau blog qui bien sûr changera de nom, sans plus de référence à Sudinfo. La page FB Le Blog aubelois de La Meuse portera un autre nom.

    Je ne manquerai pas de vous informer, dans les semaines qui viennent, sur son avancement et sa concrétisation.

    En attendant, je vous souhaite, d'ores et déjà, un Joyeux Noël confiné et une meilleure année 2021.

    Votre blogueur,

    Jean-Louis XHONNEUX

  • Nouvelle société "Les Moulins du Val-Dieu"

    La société "Les Moulins du Val-Dieu" annonce la reprise du Moulin de Hombourg (Moulin Meyers) par une toute nouvelle société baptisée "Les Moulins du Val Dieu". A la tête de cette aventure, quatre passionnés par l’agriculture et l’alimentation qui sont aussi meuniers : Philippe Van Lathem, Benoit Tyberghein, Christian Hick et Benoit Brouwers. Ensemble, ils ont décidé de développer un des derniers moulins artisanal de Wallonie en produisant une farine hautement qualitative, en circuits courts, issue de l'agriculture raisonnée. 

    Un article DE FRANÇOISE PEIFFER à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 novembre 2020

  • Des couverts comestibles pour éviter le plastique

    Maxime et Cyril s’apprêtent à lancer la coopérative Ecopoon pour une transition vers le zéro déchet.

    Convaincus par le modèle coopératif qu’ils ont découvert durant leurs études, Maxime Vanderheyden, 25 ans, et Cyril Ernst, 25 ans également, aimeraient lancer son activité sous cette forme, l’année prochaine.

    C’est durant leurs études en sciences économiques à l’école de gestion de l’ULiège (HEC) que Maxime Vanderheyden, 25 ans, de Verviers, et Cyril Ernst, 25 ans également, d’Aubel, se sont rencontrés. « On se retrouvait sur pas mal de points et on avait envie d’entreprendre ensemble », explique Maxime. « Durant mon master en gestion des entreprises sociales, une de mes professeurs, Sybille Mertens m’a donné le déclic. » D’autant que le duo avait été frappé, durant son temps libre, par la quantité de plastique à usage unique qui est utilisée lors de festivals ou de concerts. « On a eu envie de faire quelque chose. On est, tous les deux, sensibles aux questions environnementales ».

    D'un article de LAURENCE BRIQUET à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 10 août 2020

  • L'activité de découpe de Westvlees va être transférée à Aubel

    Plus de 200 membres du personnel de Westvlees avaient été placés en quarantaine mercredi après la détection d’un foyer de contamination au coronavirus dans cette entreprise de Flandre occidentale. Sur les 225 employés mis en quarantaine, 193 ont été testés et 164 résultats sont connus, dont 67 positifs.

    L'entreprise de transformation de viande Westvlees à Westrozebeke a fermé le département de découpe après que dix-huit employés se sont avérés infectés par le virus corona. Ces derniers jours, l'entreprise a reçu un message indiquant qu'il y avait eu des tests corona positifs parmi les employés. De plus, Westvlees a lancé sa propre série de tests parmi les 225 employés. Par exemple, dix-huit infections ont déjà été découvertes. Cela concerne généralement les employés qui sont récemment revenus de vacances. Ils travaillent tous dans l'atelier de découpe. Cette activité va désormais être transférée à Aubel, où l'entreprise a racheté l'atelier de découpe à la famille Detry en 2011. La majorité de Westvlees appartient à la famille Claeys. Le PDG Jos Claeys a été testé positif pour Covid-19 en avril, mais à part cela, la société a été pratiquement épargnée des infections par le virus corona depuis le verrouillage. Tous les résultats des tests sont attendus dans les prochains jours et le nombre de cas positifs est susceptible d'augmenter.

    Des foyers de contamination sont apparus depuis le début de la pandémie dans des abattoirs de différents pays, comme en Allemagne, en France ou aux États-Unis. Les experts cernent encore mal les raisons de ces contaminations, sans doute liées à la promiscuité, mais peut-être aussi à des conditions de froid et de ventilation propres à ces usines. En mai, plus de 90 cas avaient été découverts dans un établissement de Basse-Saxe en Allemagne.

    Westvlees se présente comme l’un des plus importants producteurs européens de viande porcine fraîche et préparée. L’entreprise transforme 1,4 million de porcs par an en plus de 140.000 tonnes de viande porcine et a des clients dans 50 pays. L’activité de découpe doit continuer sur d’autres sites de l’entreprise que Staden, avait indiqué mercredi un responsable de l’entreprise.



    Sur base d'une information du site "De Rijkste Belgen", de SudInfo et du blog d'Estaimpuis.