Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé

  • Porc infecté à Aubel

    L’entreprise encourt 24 000 euros d’amende.

    Une société de découpe et de transformation de porc d’Aubel encourt 24 000 euros d’amende devant le tribunal correctionnel pour ne pas avoir averti l’Afsca de la découverte de viandes infectées à la salmonellose et d’avoir disposé des pièces utilisées pour les jambons dans une cuve spécifiant qu’elles étaient propres.

    L'acheteur a réalisé des croquettes pour chiens entre le 27 et le 30 mai 2020.

    Une information de S.R. à lire dans LA DERNIÈRE HEURE LIÈGE du 24 février 2021.

  • 10 communes n’ont pas payé pour la garde

    L’AGEF a mis en place un système de garde de nuit pour les médecins depuis quelques Capture d’écran 2020-12-05 à 08.18.24.pngmois

    En février dernier se lançait un tout nouveau concept dans la région verviétoise. Les médecins généralistes avaient créé un système de garde de nuit qui leur permettait d’être plus efficaces durant les soirées. Une participation des communes était demandée. Quelques-unes n’ont toujours pas payé ce qu’elles devaient.

    Les communes en question sont : Aubel, Baelen, Dison, La Calamine, Lontzen, Pepinster, Teuven[?], Stavelot, Trois-Ponts et Vielsalm. Il ne s’agit pas d’une tentative délibérée de saboter cette action oh combien nécessaire nous dit-on dans plusieurs communes mais parfois d’un oubli. Du côté d’Aubel avec qui les responsables de l’AGEF ont dû ferrailler durement pour obtenir un accord, on avance que personne n’a encore réclamé d’argent. « On n’a pas reçu de déclaration de créance ou quelque chose comme ça. Donc si on ne sait pas sur quel compte payer c’est compliqué », détaille le bourgmestre Freddy Lejeune. « On n’a bien entendu rien contre. La somme est prévue au budget et nous allons la payer. »

    D'un article d'ADRIEN RENKIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 5 décembre 2020.

  • Bistrot d'Ethan, fini d'être traiteur

    Depuis l’ordre de fermeture reçu du gouvernement, Fabrice Van Genechten, aux commandes du Bistro d’Ethan, avait opté pour la formule traiteur. Mais il va arrêter et fermer son restaurant tout le temps que les mesures de confinement dureront.

    « On a transformé le restaurant en traiteur mais, là, on pense à tout fermer », glisse-t-il. « J’ai eu une discussion avec mon comptable et c’est ce qu’il y a de mieux à faire. » En quelques jours, le restaurateur a vidé son stock et il n’envisage pas de se réapprovisionner. En cause, le spectre d’une Belgique totalement bloquée. « On se dirige vers ça. Reprendre de la marchandise alors que tout risque de fermer, c’est non. Ici, on n’a pas eu de pertes car on a su écouler le stock. »

    La suite, c’est un gros manque à gagner. « On avait une centaine de réservations pour cette semaine au restaurant. J’avais aussi des banquets prévus. En tout, je perds 600 couverts sur la semaine », peste-t-il. « On va décaler les vacances, se reposer et espérer que ça ne dure pas trop longtemps. »

    D'un article de JULIEN DENOËL à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 18 mars 2020

  • Énorme élan de solidarité pour procurer des masques au personnel soignant

    Les villes de Verviers et Malmedy ont décidé de jouer la carte de la solidarité en fournissant des masques aux services de secours. 250 issus des services techniques de la ville de Verviers ont été donnés au CHR Verviers. À Malmedy, la générosité de la population et des commerçants a permis de rassembler 729 masques. Mais le secteur privé se mobilise aussi. Detry à Aubel a donné 1.000 masques et 1.500 salopettes jetables aux pompiers.

    « Waw, grâce à la réactivité de la population et des commerçants nous avons pu rassembler 729 masques ! », s’enthousiasme la ville de Malmedy sur Facebook.

    1.500 SALOPETTES CHEZ DETRY

    Par ailleurs l’entreprise Detry d’Aubel a offert à la zone de secours VHP 1.500 salopettes jetables, 1.000 masques barrières et 20 paires de lunettes de protection.

    Autre type de matériel dont on parle moins, mais qui devrait se révéler important dans la lutte contre la propagation du virus : les gants. S’il y avait une ruée sur ce type d’article, la rupture de stock menacerait, estime-t-il. 

    D'un article d'YVES BASTIN ET BRUNO BECKERS à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 18 mars 2020