Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aînés

  • Un Bilstaintois prendra la tête d'INAGO

    Capture-d’écran-2024-01-26-252-10.17.43.gifUn article du journal L'AVENIR - LE JOUR VERVIERS du 26 janvier 2024.

  • LE DIRECTEUR D’INAGO S’EN VA ET CÈDE LE TÉMOIN

    Changement de directeur à la tête d’Inago : Jean-­Marie Kohnen va bientôt quitter la direction de l’intercommunale et céder le témoin à Frédéric Dobbelstein, de Bilstain (Limbourg).

    Un article d'YVES BASTIN, Journaliste, dans LA MEUSE VERVIERS du 17 janvier 2024.

  • Amitié de l’âge d’or Aubelois

    Le vendredi 15 décembre 2023 comme chaque année nous fêterons Noël. 

    Cet après-midi récréatif débutera à 11 H 00 par la Messe célébrée par le Révérend Père Gilbert Kabongo.

    L’animation musicale sera composée d’un synthétiseur - accordéoniste avec des chansons d’hier et d’aujourd’hui.

    Notre après-midi se terminera par la deuxième partie de l’animation. 

    La salle bleue du Hall Omnisport d’Aubel sera ouverte dès 10 H 00 

    Le prix est de 40 boissons comprises à verser au n° BE55 0682 5177 4944  du Club des 3 x 20 Aubel, Rue Saint Hubert, 40, Aubel.

    Nous espérons vous rencontrer très nombreux et passer ensemble quelques heures agréables.

    Inscription obligatoire et paiement !!!!! avant le 7 Décembre 2023.

                Chez : Hubert DENIS 087/68 71 66 – 0498/69 35 91

  • Des échanges entre les enfants et les résidents

    Capture-d’écran-2023-10-18-A-17.20.19.gifUn article de PIERRE LEJEUNE dans L'AVENIR - LE JOUR VERVIERS du 18 octobre 2023.

  • LES SENIORS ONT DE PLUS EN PLUS DE MAL À PAYER LEUR MAISON DE REPOS

    La précarité peut survenir à tous les âges. Il semble que de plus en plus de personnes ont du mal à payer leur maison de repos en région verviétoise. Et elles ne sont pas toujours là où on les attend.

    Quand la santé se dégrade et que l’autonomie diminue, pas le choix, il faut aller en maison de repos couler des jours paisibles. Sauf que si l’on a une petite pension, les jours ne sont pas aussi paisibles que ça. Beaucoup ont du mal à assumer tous les frais liés à leur nouveau logis. Ce lundi à Aubel, la présidente du CPAS a fait remarquer qu’il y avait deux fois plus de demandes d’Aubelois à ce sujet que précédemment. Une situation qui interpelle surtout qu’Aubel est plutôt réputée comme étant une commune riche. Ailleurs la situation est relativement similaire. Le problème quel estil ? Dernièrement le prix des tarifs de certaines maisons de repos a sensiblement augmenté.

    Ce n’est pas forcément de gaieté de cœur. Le coût de la vie a augmenté, les frais de nourriture, d’énergie et le personnel a augmenté. En plus des différentes indexations, les travailleurs ont parfois eu des revalorisations salariales via l’IFIC, qui classe les fonctions. Or, les différentes indemnisations des gouvernements n’ont pas forcément suivi. Les responsables des maisons de repos n’ont pas 150 choix, ils ne peuvent que demander une plus grande part à leurs résidents. Sauf que les pensions ne suivent pas forcément non plus. « Souvent c’est bien fait, on recalcule la pension en fonction du niveau de dépendance, mais parfois ça ne suit pas toujours », peste Céline Denoël­-Hubin, d’Aubel.

    C’est très interpellant parce qu’on constate qu’il y a un public précarisé qui ne l’était pas auparavant. « J’ai peur pour les dames qui vivent seules avec un enfant et qui arrivent à la pension alors qu’il est parfois encore aux études et sans être propriétaire. On trouve un public au CPAS qui n’existait pas avant », conclut Céline Denoël­Hubin.

    D'un article d'ADRIEN RENKIN, Journaliste, dans LA MEUSE VERVIERS du 13 octobre 2023.