Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une dernière course en 2020 pour Bertrand Baguette

    L’année 2020 de Bertrand Baguette n’est pas encore terminée. En effet, tout comme l’Aubelois Charles Weerts (qui pilotera une Audi), le Spadois prendra part, le 10 décembre prochain, aux 9 Heures de Kyalami, dernière manche d’un championnat Intercontinental GT Challenge auquel il aurait dû participer cette année si la crise sanitaire n’avait pas bousculé tous les agendas. Concrètement, étant donné que sa priorité réside dans le Super GT, Bertrand Baguette n’a par exemple pas pris aux 24 Heures de Spa-Francorchamps fin octobre, son agenda japonais ne lui permettant pas.

    Déjà présent l’année passée à Kyalami, le Spadois, qui aime les épreuves d’endurance, y avait apprécié l’atmosphère. S’il sera au volant d’une Honda, celle-ci n’aura rien à voir avec le bolide qu’il pilote en Super GT, beaucoup plus rapide. S’il en sera à sa première course de l’année dans ce championnat, Bertrand Baguette n’ira toutefois pas en Afrique du Sud pour faire du tourisme, ses deux équipiers ayant encore quelque chose à jouer au classement général du championnat.

    Mais avant de songer à 2021, il y a d’abord son retour tant attendu en Belgique, où il n’a plus les pieds depuis le mois de juillet. « Je pends l’avion ce lundi et j’arriverai mardi en début de journée en Belgique. Je suis content de rentrer, il est vrai que cela a été très long. » 

    De deux article d'OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 30 novembre 2020

  • La filière porcine wallonne tend de plus en plus vers des labels de qualité

    Alors qu’elle ne représente qu’environ 5 % de la production belge, la filière porcine wallonne a choisi de faire du porc autrement.

    Dans la filière porcine, la Wallonie se caractérise par des exploitations porcines de type familial, le porc constituant généralement une voie de diversification, un atout pour résister à la crise. On constate également le développement de la production sous cahier des charges de qualité différenciée, à côté de la production de type standard. Martin Lovenfosse, administrateur délégué de l’entreprise qui porte son nom et qui est aussi l’abattoir d’Aubel, en région liégeoise, n’a eu de cesse de tendre vers une production différenciée, depuis son entrée dans le monde de la viande en 1983. « La production porcine, en Belgique, est mal encadrée et manque de dynamisme », explique-t-il. « Alors qu’il y a beaucoup d’abattoirs bovins, il y a à peine un abattoir porcin industriel et un chez Porc Qualité Ardenne ».

    SANS OGM NI ANTIBIOTIQUESCapture d’écran 2020-11-27 à 11.22.26.png

    Dans son entreprise, il a donc choisi de se tourner vers la qualité différenciée. « Il y a 3 ans, par exemple, on a décidé de prolonger le cahier des charges « Porc Aubel » qui appartenait à la société Detry qui n’a pas souhaité continuer. Nous, on souhaitait aller vers une meilleure rémunération des producteurs, une vision sur le long terme et une qualité au niveau de la viande pour nous différencier du porc standard.

    D'une page de L.B. à lire dans LA MEUSE  du 27 novembre 2020

  • Test grandeur nature pour Charles Weerts

    Cette invitation aux 9h de Kyalami de la part d’Audi est une première pour le pilote aubelois

    Durant cette année 2020, les bonnes performances se sont enchaînées pour Charles Weerts. Si bien que pour couronner le tout, Audi l’invite aux 9 heures de Kyalami (Afrique du Sud) qui se tiendront du 10 au 12 décembre. Une invitation surprise qui met un peu de pression sur les épaules de l’Aubelois de 19 ans.

    Alors qu’on pensait son année 2020 terminée avec les 1000km du circuit Paul Ricard, voilà une nouvelle course qui vient s’ajouter au calendrier de Charles Weerts. Le jeune pilote de 19 ans sera au départ des 9h de Kyalami qui se disputeront en Afrique du Sud du 10 au 12 décembre prochain.

    Cette invitation de la part d’Audi est une petite surprise pour l’Aubelois. « J’ai appris la nouvelle il y a deux semaines. J’en suis particulièrement heureux car pour la première fois, je suis invité par la marque à rouler dans une de leur voiture. Même si je ne suis pas un pilote officiel Audi, je serai considéré comme tel ce qui rajoute une petite pression supplémentaire sur mes épaules. La différence est que si je fais une erreur, ce sera clairement pour ma pomme. Audi me fait l’honneur de m’inviter et je compte bien leur prouver qu’ils ont eu raison. »

    AUDI VEUT LA VICTOIRE

    Cette manche sera la dernière de l’Intercontinental GT Challenge et la marque aux anneaux voudra y réaliser un résultat. « Ils veulent aller chercher la victoire. Je pense qu’en endurance, ils ont beaucoup terminé deuxième cette année. » Mais pour Charles Weerts, l’objectif sera de faire de son mieux. « Je veux juste donner le meilleur de moi-même. Je veux quitter l’Afrique du Sud avec le sentiment du devoir accompli en ayant fait le maximum sans avoir des regrets. »

    D'un article d'ARNO CHANDELLE à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • Le cri d’alerte de nos commerçants

    Ce samedi 28 novembre, les commerces non-essentiels rouvriront en France. Chez nous, nos commerçants fermés espèrent pouvoir rouvrir leurs portes dès ce lundi 30 novembre, mais…

    Espace Mode a perdu 85 à 90 % de son chiffre d’affairesCapture d’écran 2020-11-26 à 12.42.08.png

    Pour la chaîne de vêtements Espace Mode, qui possède deux enseignes à Aubel et Malmedy dans la région, cette nouvelle fermeture a été très compliquée.

    Si on estime logique la fermeture des magasins suite à l’évolution de la crise sanitaire ces dernières semaines, on se dit prêt à rouvrir chez Espace Mode.

    Et on espère que ce sera pour ce lundi 30 novembre au plus tard. « On voit que la situation sanitaire évolue positivement depuis ce mois de novembre », détaille Maxime Meeckers, responsable commercial d’Espace Mode. « Ce n’est pas évident d’avoir fermé tout un mois. Il faut dire que nous travaillons par collection et que nous avons des quantités de stock à vendre car on achète des quantités pour vendre sur une période déterminée. Et la période des fêtes est importante pour nous. Toute semaine perdue à partir de celle-ci aura un impact pour nous. On espère vraiment que la Belgique suivra les pays voisins comme la France, l’Allemagne, le Luxembourg ou les Pays-Bas. Suite à cette nouvelle fermeture lors de ce deuxième confinement, on a perdu 85 à 90 % de notre chiffre d’affaires. Et si on ouvre plus tard que début décembre maximum, le flux clients sera trop important à gérer même si on s’adaptera. »

    Suite au système de click & collect, la chaîne va rouvrir ses magasins trois fois par semaine à partir de ce mercredi. « Ce sera uniquement pour que les clients puissent venir réceptionner les pièces commandées sur notre e-shop », dit Maxime Meeckers. « On veut les accueillir dans de bonnes conditions. »

    D'une page de LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020

  • La même somme pour tout le monde

    Depuis des années déjà, Aubel veut renégocier la répartition de la contribution à la zone de police du pays de Herve.Capture d’écran 2020-11-26 à 12.37.20.png En effet, il se trouve que pour l’instant, un Aubelois paye chaque année 110 € alors que chez le voisin de Thimister-Clermont ou de Plombières, on payait moins de 80 €. Une répartition qui ne tombe pas de nulle part mais qui va aller vers plus d’égalité pour tout le monde. D’ici 2030, chaque habitant payera la même chose dans la zone de police: 83,75 €.
    « On a pris en compte beaucoup de critères », assure Marc Drou-guet, bourgmestre de Herve et président de la zone. « Il y avait notamment le revenu cadastral, le nombre d’interventions policières par communes... Mais on s’est rendu compte que l’on pouvait trouver à redire sur tout. C’est pour ça que nous avons décidé de nous baser uniquement sur la population afin que ce soit plus juste pour tout le monde. »
    10 ANS POUR CHANGER
    Vient ensuite la difficulté d’adapter son budget. En effet, si Aubel se trouve dans la situation confortable de diminuer chaque année de 24 € par personne la somme allouée à la police, Thimister-Clermont et Plombières devront faire des efforts sur le long terme afin de pouvoir payer cette somme. « Dans cinq ans, on sera déjà à la moitié et au début d’une nouvelle mandature. On ne va pas tout changer si vite. »
    La répartition de la zone avait été faite en 1999 sur base d’un procédé complexe qui prenait en compte notamment le nombre de banques par commune, ce qui expliquait pourquoi Aubel payait plus. La commune dont le bourgmestre actuel est Freddy Lejeune accueillait également une antenne, ce qui entrait en compte également. Aujourd’hui, l’antenne de la police se trouve à Plombières et les banques se font plus rares. Freddy Lejeune insistait donc pour que la formule soit revue. En février dernier, il nous disait d’ailleurs : « On ne demande pas que tout le monde paye la même chose évidemment. Mais on demande plus d’égalité. On ne demande pas non plus à ce que ce soit fait du jour au lendemain. On peut imaginer que ce soit progressif. » Et finalement tout le monde va bien payer la même chose.
    Cette décision des bourgmestres devra être votée lors des conseils communaux où l’on débattra du budget 2021. En principe en décembre prochain. On suppose que Jean-Claude Meurens, ancien bourgmestre d’Aubel et qui avait lui même bataillé plusieurs fois pour que l’on modifie cette répartition, lèvera la main en signe d’approbation plutôt deux fois qu’une.
    ADRIEN RENKIN dans LA MEUSE VERVIERS du 26 novembre 2020