Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cérémonie patriotique

  • Aubel recevait les hôtes cette année

    Capture d’écran 2022-05-30 à 08.11.33.pngDes jeunes du conseil communal des enfants d’Aubel se sont relayés pour lire une lettre du caporal Theodore, qui repose au cimetière américain.

    Un article de Cindy THONON dans L’AVENIR - LE JOUR VERVIERS du 30 mai 2022.

  • Les obus du panzer sont restés enfouis 71 ans

    Le 11 septembre, les Américains avancent vers Aubel et les Trois frontières. Pour Aubel, l’avant-goût de la délivrance coïncide avec le goûter. Mais cela n’ira pas sans mal, ni effusion de sang, souligne Thomas Lambiet dans un volume que se prépare à publier la Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Herve. Les premiers G.I. arrivent par la route de Battice. Ils se méfient et craignent notamment qu’un sniper se cache dans la tour de l’église. Il n’en est rien. Mais des anciens occupants sont à un jet de pierre, du côté de la rue de la Bel et de la côte de Hagelstein. Ils se préparent même à donner du canon. Mais un blindé US posté près de la chapelle Saint-Antoine au Kierberg le réduit au silence. Non loin de là, la ferme Steins, à Hagelstein, est en feu, suite à un tir d’obus.Capture d’écran 2019-09-11 à 09.39.34.png

    Ce mauvais moment passé, entre 18h30 et 19h, les Aubelois peuvent sortir de leurs caves, agiter des mouchoirs, pavoiser… : les Allemands ont retraité au-delà de Merckhof, le poste-frontière qu’ils avaient installé en 1940.

    Ce même jour, Welkenraedt peut aussi fêter joyeusement ses libérateurs.

    Idem à Montzen, village vers lequel se dirigeront des blindés allemands. Dont un Jagdpanzer qui sera détruit sur la place de Montzen. En 2015, lors de travaux, on découvrira neuf obus non explosés sous une plaque de blindage de ce char. La plaque en question est désormais exposée au Remember Museum de Clermont.

    À Moresnet, c’est la panique. Notamment chez les sœurs du Pauvre enfant Jésus, installées au château David, où les religieuses vont prier dans les caves, avec des paroissiens. Ce même jour, les Allemands font exploser plusieurs ponts. Dans ce secteur, les combats seront acharnés.

    D'une page d'YVES BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 11 septembre 2019.

    Lire la suite

  • Relais Sacré à Aubel

    La cérémonie du Relais Sacré est annoncée à Aubel ce dimanche 6 novembre à 10 h.55

  • Hommage au Val-Dieu à des victimes du nazisme

    Comme annoncé, la messe de ce dimanche à l'abbaye du Val-Dieu était dite en mémoire des Pères Hugues et Etienne, victimes du nazisme, fusillés le 9 octobre 1942 à Utrecht en même temps que le Docteur Jules Goffin de Fouron-le-Comte et d'autres membres du réseau: le comte Raphaël de Liedekerke, Alphonse et Hubert Smeets, Nicolas Erkens et Alphonse Dresen. Antoine Léonard leur a consacré un article très intéressant pour la Maison du Souvenir (d'Oupeye).

    20141012_20.gif

    Après la messe, l'assistance s'est retrouvée près de la stèle à la mémoire des Pères Etienne et Hugues, avec les familles des victimes fusillées le 9 octobre 1943. Parmi celles-ci, Madame Tilou Viatour-Goffin de Fouron-le-Comte, fille du docteur Jules Goffin (de dos à l'avant-plan).

    20141012_23.gif

    Michel Goffard s'était entouré de quelques amis musiciens pour interpréter les hymnes nationaux hollandais et belge.

  • Messe à la mémoire des 2 moines fusillés à Utrecht

    20140704_224.gif

    Comme chaque année à pareille époque, l'abbaye du Val-Dieu célèbre une messe ce dimanche à 10 heures 30 à la mémoire des deux moines fusillés à Utrecht le 9 octobre 1943.
     
    "Nous y associons leurs compagnons de résistance qui ont subi le même sort. Ce groupement de résistance est le "Groupe Clarence" qui avait à sa tête le docteur Goffin de Fouron-le-Comte.
     
    "A la fin de la messe, nous nous tournerons vers la stèle à la mémoire des moines qui se trouve dans la basilique. Nous citerons le nom des fusillés. Michel Goffard, chef de la police plateau de Herve et originaire de Warsage, aura réuni quelques musiciens. Nous entendrons la sonnerie au champs et les hymnes belge et hollandais.
     
    "Les familles des fusillés seront présentes, du moins celles qui le peuvent, mais, l'âge avançant, elles le sont de moins en moins. "