Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Un musicien placé au rond-point de Merckhof

    La sculpture été choisie pour symboliser les nombreux musiciens et chanteurs présents sur la commune de Plombières.

     

  • GRÈVE DE CE VENDREDI 24

    De nombreux services publics et entreprises devraient être à l’arrêt, vendredi, en région verviétoise. SCA (ex-Mabelpap, Stembert), Spa-Monopole, Detry (Aubel), Polyform (Dolhain), Nomacorc (Plenesses), Saint-Gobain (Eupen et Chaineux), NMC (Eynatten), 3B (ex-Fiberglas, à Battice) et Delacre (Lambermont) devraient fermer. Avec ou sans piquet.

    L’intercommunale Intradel signale que la collecte des poubelles sera perturbée à Aubel. L'administration communale me signale que les poubelles seront ramassées le samedi.

    (Extraits de l'article d'Yves BASTIN à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 23 juin 2016)

    Lien permanent Catégories : Syndicats
  • Elles sauvent 400 poules de l’abattoir

    D’Aubel à Rémersdael, deux femmes se mobilisent pour sauver les poules de batterie d’une mort certaine
     
    Ce week-end, ce ne sont pas moins de 400 poules pondeuses qui ont été sauvées d’un élevage en batterie près de Gand. Pour Patricia Kindermans, des écuries des Coudriers à Aubel, et Anne-France Schnakers de Remersdael, pas question de laisser ces pauvres bêtes mourir à l’abattoir et finir en poulet pané. L’une en a recueilli 250 avant de les dispatcher vers des familles de particuliers tandis que la seconde a fait le trajet en camionnette pour charger et ramener les cageots de poulettes.

    « Je ne supporte pas la souffrance des humains et des animaux et quand je vois ce qu’on fait à ces poules je trouve ça scandaleux. Moi j’aime bien faire des choses plutôt que de rester passive à dire que c’est dommage et pas bien. Ici j’avais l’occasion de le faire donc voilà » explique Anne-France Schnackers au sujet de l’opération de sauvetage qu’elle a mené samedi, accompagnée de Solange t’Kint, de l’association « La Poule Heureuse ».
    Munie d’une camionnette et d’une remorque, l’amoureuse des animaux, originaire du Plateau de Herve, s’est rendueCapture d’écran 2016-06-22 à 07.04.55.png dans un élevage de poules pondeuses en batterie du côté de Gand pour en extirper 400 d’une mort certaine prévue à l’abattoir. « On en a chargé un maximum. Le but ce n’est pas d’en avoir des milliers pour moi, mais bien de les replacer après », explique Anne-France Schnakers pour qui c’était une première ex- périence. Et pas question de refiler ces pauvres bêtes déplumées à n’importe qui et n’importe comment et surtout, interdiction d’imaginer les manger, leurs sauveteuses sont d’ailleurs végétariennes.« Elles mourront de vieillesse. Même si elles ne pondent plus tous les jours elles continuent à le faire plic ploc ». D’ailleurs, un contrat d’adoption est signé avant de partir avec les gallinacés, histoire de s’assurer qu’il n’est pas question de leur trancher le cou. « L’intérêt c’est quand même manger des œufs frais qui viennent d’un animal sain » explique Anne-France Schnackers, montrant les piteuses poulettes arrivées voici quelques jours et les même en bonne santé, un an après leur venue. « Difficile à croire que c’est la même race et qu’elles viennent toutes d’un élevage »
    De son côté, Patricia Kindermans, des écuries des Coudriers à Aubel, a elle aussi répondu immédiatement à l’appel à l’aide sur les ré- seaux sociaux. « J’ai déjà vu comment ça se passait dans une batterie, je trouvais ça atroce. Anne-France Schnackers m’a dit qu’elle allait sauver des poules de batteries. Je me suis dit que j’allais participer et puis chez nous on estime qu’on a de la chance et on se place toujours dans une dynamique de partage plutôt que d’égoïsme. » Ni une ni deux, l’Aubeloise a donc recueilli pas moins de 250 poulettes. Enfin, recueilli est un grand mot, parce que le bouche-à-oreille a particulièrement bien fonctionné et une grande partie des pondeuses a quitté les écuries en moins d’une journée. « Elles sont arrivées samedi et les gens sont venus les chercher dimanche. Il m’en reste seulement 8 à placer donc au pire je vais les garder pour moi. Mais d’autres sauvetages qui sont encore prévenus », explique Patricia Kindermans qui a recueilli une cinquantaine de pondeuses. « Le plus absurde dans tout ça c’est que les éleveurs n’enfreignent pas la loi, c’est légal, alors est ce qu’on peut leur en vouloir », s’interroge l’Aubeloise. 

    VICTORIA MARCHE (dans LA MEUSE VERVIERS du 22 juin 2016)

    Lire la suite

  • Remacle survole ce premier maratrail

    L’Aubelois n’a accepté aucune comparaison alors qu’un duo verviétois fait main basse sur le 21 km

    En dépit d’une participation assez timide, la 1re édition du « Maratrail » a tenu toutes ses promesses. Avec, en prime, pas mal de régionaux en évidence. Et on remet ça l’an prochain !

    Les « festivités » verviétoises débutaient dès samedi matin... à Theux où sont situées les installations de Maison Bois. Via un (double) trail qui en était à sa 1re édition. « On est un peu déçu par le nombre de partants (175), mais on est persuadé qu’il y en aura beaucoup plus l’année prochaine vu la réaction de l’ensemble des actuels participants », assurent les organisateurs.

    Sur le 21 km (123 classés), Samuel Duquenne n’acceptait aucune comparaison avec la concurrence et l’emportait avec plus de 7 minutes d’avance sur son dauphin, Christophe Grifgnée. Où quand un Stembertois damait le pion à un Verviétois... « En fait, je suis originaire de Tournai mais, voici maintenant trois ans, que je me suis établi à Stembert », confie un vainqueur à peine essoufflé, « Je suis plutôt un spécialiste du triathlon. C’est ainsi que je suis kiné à mi-temps au sein de cette fédération et le reste comme indépendant. Je dois d’abord féliciter les promoteurs de ce trail car le parcours était vraiment nickel. Le passage des gués n’était pas trop difficile. En revanche, les bosses s’avéraient particulièrement gratinées. C’est simple, on devait sans cesse relancer la machine. Sans oublier la traversée de somptueux paysages. Je ne participerai pas au jogging de dimanche car, dès ce soir, je pars en vacances à Majorque. » Grifgnée, pour sa part, ne pouvait pas, lui non plus, masquer sa légitime satisfaction : « Je suis très étonné par ma 2e place. C’est tout simplement mon premier podium en seniors dans cette dis- cipline. Je ne pouvais espérer mieux car Samuel était au-dessus du lot et n’a donc pas volé son succès. Je me suis vite retrouvé seul derrière lui et j’ai essayé de gérer ma fin de course », explique le (longiligne) responsable aux barrages d’Eupen et de La Gileppe. La 1re dame est Sandrine Ledent qui est arrivée 17 e en 2h12.10.

    Sur le 42 bornes (39 classés), on assistait à une impressionnante démonstration de cette vieille connaissance d’Olivier Remacle. À l’arrivée, son avance sur Frederik Rassaerts, son poursuivant immédiat, se chiffrait à près de 25 minutes ! En réalité, l’Aubelois affichait d’emblée ses intentions et prenait un malin plaisir à creuser l’écart par rapport au reste du peloton des trailers. « Comme toujours sur les longues distances, je suis parti assez pru- demment puis j’ai accéléré le rythme au fil des kilomètres : c’est ce qui m’a permis de faire la différence », explique l’ancien footballeur du plateau de Herve qui a réussi sa reconversion. La première dame, Nadine Etienne, a franchi la ligne d’arrivée après 5h44.20, en 31e position. 

    MICHEL CHRISTIANE (dans LA MEUSE VERVIERS du 20 juin 2016)

    Lien permanent Catégories : Trail
  • Passation de pouvoirs

    Le 10 juin 2016, Eliane Charlier-Gérardy est devenue la nouvelle Présidente du Lions Club Aubel Bocages.
    La Past Présidente, Myriam Royen a remis son insigne de Présidente à Eliane Charlier, secrétaire du club Aubel Bocages depuis toujours et a souligné ses nombreuses qualités: discrète, rigoureuse, efficace et sa très bonne connaissance du club.
    Eliane Charlier a ensuite pris la parole "Je prends ici la succession de dames dévouées, enthousiastes et remarquables. Avoir de telles "prédécesseurs" dans le club est stimulant et pousse au dépassement de soi".
    La Présidente a poursuivi: "il nous incombe de réfléchir aux solutions pour recruter de nouveaux membres et d'insuffler un nouvel élan au club. Nous devons faire savoir ce qu'est le Lionisme et profiter peut être du Centennial (action commune du 112 D consacrée à l'environnement le 26 mars 2017)".
    Les dames du club Lions d'Aubel Bocages vous invitent à noter dans vos agendas la date du 9ème grand Fashion Show qui se déroulera le mercredi 21 septembre 2016 à 19 h 30 au hall des sports d'Aubel. Vous pourrez découvrir en avant-première les nouvelles tendances de la Mode Automne-Hiver présentées par une dizaine de boutiques d'Aubel, de Herve, de Soumagne, de Verviers et d'Eupen.