Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • L'avis de Jean-Claude Meurens sur de nouvelles fusions de communes

    Capture d’écran 2014-07-24 à 07.50.00.png

    "La Meuse Verviers" a demandé l'avis du bourgmestre d'Aubel (et de quelques autres bourgmestres de l'arrondissement) sur cette idée. 

     

    Pas trop tracassé par une telle annonce, le maïeur d’Aubel, Jean-Claude Meurens, qui voit bien sa commune rester en l’état. « Par contre, pour Fourons, ça pourrait peut-être être intéressant », souligne- t-il, non sans malice. Quant au niveau des collaborations plus poussées avec le CPAS, il souligne que ce peut être l’occasion de synergies et d’économies d’échelle. Pour le reste, pas de révolution copernicienne à attendre au Pays d’Aubel... 

    Lien permanent Catégories : Politique
  • Décès de Monsieur Jean Simons, époux de Madame Marie-Ange Beckers

    La famille annonce le décès de Monsieur Jean SIMONS, époux de Marie-Ange BECKERS, né à Hombourg le 24 janvier 1923 et décédé à Henri-Chapelle le 22 juillet 2014.

    Le défunt repose au funérarium à Aubel où la famille recevra les visites de 17 à 19 heures.

    La veillée de prières aura lieu en l'église paroissiale d'Aubel le vendredi 25 juillet à 19 heures 30.

    La liturgie des funérailles, suivie de l'inhumation au cimetière d’Aubel, sera célébrée en l'église Saint-Hubert à Aubel le samedi 26 juillet 2014 à 10 heures.

    Avis mortuaire.

    Lien permanent Catégories : Décès
  • Un automobiliste dans le ravin

    Un automobiliste a fait une violente embardée durant la nuit de dimanche à lundi alors qu’il circulait Bois d’Ansy à Aubel. Vers 3 h 30, le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule et s’est retrouvé dans un ravin. Légèrement blessé, il a été pris en charge par l’ambulance de Battice qui l’a transporté vers l’hôpital de Hermalle. 

    (Information de "La Meuse Verviers" du 22 juillet 2014).

  • La presse hollandaise nous injurie !...

    Après s'être tu depuis le 2 août 1914, parce qu'il a refusé de collaborer avec l'ennemi, le "Journal d'Aubel" a repris progressivement ses activités en novembre 1918. Et le 27 février 1919, il y a 95 ans, il lance ce cri du coeur dans le "Journal de Dalhem-Visé":

    20140716_460.gif

    La presse hollandaise nous injurie !...

    Les Hollandais n’ont jamais eu beaucoup de sympathie pour nous. Au début de la guerre, nous nous rappelons avoir entendu dire par maintes bonnes gens de la frontière que la Belgique, « trop libre dans ses mœurs », avait mérité un châtiment ; et puisqu’elle aurait agi sagement en laissant passer les hordes teutonnes à travers son territoire pour aller attaquer la France ; et puis, que si Visé et d’autres localités avaient été mises à feu et à sang, c’était la faute aux francs-tireurs. A ce moment, nous avons pu remarquer que nos voisins étaient plutôt germanophiles qu’entendophiles. Certes, la Hollande nous a rendu des services ; nous lui en savons gré, mais elle a également exploité la situation à son profit. Nous pourrions en dire long à ce sujet, mais il n’appartient pas à la presse belge d’aigrir les rapports entre les deux pays et nous n’emboiterons pas le pas aux journaux hollandais qui, comme « l’Algemen Handelsblad » reproche le pain amer et rare que les malheureux réfugiés belges ont mangé en Hollande ! Il voit en nous « un peuple de voleurs avec un Roi soi disant chevalier... » De grâce, retournez vous donc ! Et n’oubliez pas ce qu’écrivait, il y a quelques jours, un des vôtres "l'Eindhovend Dagblad":

    « En réalité, il y a beaucoup trop de Hollandais qui oublient la reconnaissance qu’ils doivent aux défenseurs de Liège et d’Anvers, qui ont empêché les Allemands de passer par la Hollande. Sans eux, la Hollande partagerait le sort de la Belgique »... La vérité est que DES MILLIERS DE CITOYENS BELGES SONT MORTS POUR LA CAUSE DE LA LIBERTE DU MONDE, DONT LA HOLLANDE TROUVERA LA PREMIERE LE PROFIT !

    Lien permanent Catégories : Histoire
  • Une vache et un veau noyés occupaient plus de place qu'un ouvrier tué au travail

    Il y a 100 ans, le 26 avril 1914, le "Journal d'Aubel" rapportait, en 4 lignes, l'accident de travail d'un ouvrier du chemin de fer à Visé:

    20140716_315 (contact@jlxhonneux.be).jpg

    Deux mois plus tard, le 26 juin 1914, il consacrait 9 lignes à une vache et un veau noyés chez les Ursulines de Membach.

    20140716_333M.jpg