Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 8

  • Aubel, sa kermesse et son « GP St-Hubert »

    Ce week-end, Aubel vivra au rythme de sa traditionnelle kermesse du début juin. Un de ses moments forts est sans conteste constitué par le « Grand Prix de la Saint-Hubert » qui se disputera samedi après-midi. Comme de coutume, il est réservé aux espoirs et élites sans contrat qui prendront leur envol dès 14 h 30 à hauteur de l’incontournable... Café Pasteger. «Les coureurs effectueront 17 tours de 6,2 km pour une distance totale d’un peu plus de 105 bornes», comptabilise Anne-Marie Holhsteinbach, une des principales chevilles ouvrières du bocage. Et de poursuivre : « Outre les Belges, pas mal d’Allemands et de Hollandais profitent de la proximité géographique pour nous rejoindre. Nous tablons donc une centaine de participants. Mais, ce chiffre dépend des conditions météorologiques.»
    image.jpgÀ ce propos, on observe que le rendez-vous « herbager » va souvent d’un extrême à l’autre. En 2011, la canicule était d’actualité sur le Plateau. En revanche, les coureurs étaient confrontés à un temps quasi automnal l’année dernière.
    Une des meilleures éditions néanmoins. Pour preuve, on notait la présence de représentants de la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Sans parler d’un palmarès de rêve où le Flandrien Oerlmans l’emportait notamment devant Julien Stas- sen, l’enfant du pays ; Boris Vallée (7e) et Antoine Demoitié (8e). Difficile d’espérer mieux!
    C’est dire si la lutte pour la gagne sera âprement disputée, samedi, sur les terres (ensoleillées ?) du regretté François Pesser.

    Un article de MICHEL CHRISTIANE dans «La Meuse Verviers» du 7 juin 2013

  • Aubel recevra 304.924 euros

    Paul Furlan, le ministre wallon des Pouvoirs locaux, met de l’argent à disposition des communes pour financer des travaux de voiries, parkings, locaux administratifs, crèches, etc. Les autorités communales disposent dorénavant d’une plus grande autonomie pour décider quels projets financer.

    Ce « Fonds d’investissement pour les pouvoirs locaux » est en fait une enveloppe attribuée à chaque commune selon des critères précis et objectifs pour les quatre années à venir.

  • Fête à l'école de Saint-Jean-Sart

    image.jpg


    Le comité de parents et l'école de Saint-Jean-Sart annoncent leur grande animation annuelle:
    FETE DE L’ECOLE DE SAINT JEAN SART – Edition 2013
    Dimanche 23 juin de 11h à 17h30
    Lieu : Ecole commune Saint-Jean-Sart
    Ecole Portes ouvertes
    Bar permanent
    Barbecue: assiette gourmande, pain saucisse et buffet de pâtisseries artisanales
    Animations pour les enfants
  • Les Aubelois sont accueillants: « On ne pratique pas le repli sur soi à Aubel»

    image.jpg Dans son édition du 24 mai, «La Meuse Verviers» consacrait une demi-page aux discriminations de tout genre, dans la région de Verviers. Sur ce blog, un billet avait publié et commenté à ce propos. Et Pascale Vielvoye, juriste au Centre régional de Verviers pour l’intégration y expliquait, dans une interview : « Dans les PME familiales, le climat de confiance et l’intégration à l’équipe sont importants. Une personne extérieure au réseau de connaissances de la famille a plus de mal à s’ingérer. On dit que pour s’intégrer à Aubel, il faut y être né. Ce n’est pas vraiment de la discrimination. Ici, l’étranger, c’est déjà celui qui habite à 20km.»
    Des propos qui ont fait bondir le maïeur, Jean-Claude Meurens.
    « Dommage que tous ceux qui travaillent à Aubel ne sont pas de la commune, réplique-t-il, car on aurait 0 % de chômeurs » (NDLR : contre les 9,4 % recensés en mars dernier).
    Le bourgmestre poursuit en expliquant qu’il a demandé aux grosses entreprises de sa commune, en août dernier, des statistiques sur la provenance de ceux qui y travaillent. Et, bien que l’on apprécie de ne pas vivre loin de son lieu de travail, surtout quand on y turbine par pauses, force est de constater que les Aubelois n’y sont pas forcément légion.
    Ainsi, chez Detry, on dénombrait 43 Aubelois sur 360 membres du personnel. Chez Lovenfosse, quasi la moitié habitait à plus de 20 kilomètres du zoning. Chez Stassen, ceux qui ne sont pas du coin étaient proportionnellement légion. À la siroperie ? Les travailleurs étaient 8 Aubelois sur 23, mais chez Gotta 6 sur 82 et chez Etienne Piron 4 sur 149...
    Reste la réputation de « l’esprit d’Aubel », censé être caractérisé par le repli : « Mais on dénombrait 43 Aubelois sur 360 membres du personnel. Chez Lovenfosse, quasi la moitié habitait à plus de 20 kilomètres du zoning. Chez Stassen, ceux qui ne sont pas du coin étaient proportionnellement légion. À la siroperie ? Les travailleurs étaient 8 Aubelois sur 23, mais chez Gotta 6 sur 82 et chez Etienne Piron 4 sur 149...
    Reste la réputation de « l’eprit d’Aubel », censé être caractérisé par le repli : « Mais celui qui reste chez lui aura toujours des difficultés à s’intégrer, s’insurge le bourgmestre. Par contre, celui qui participera aux activités s’intégrera, même s’il vient de l’extérieur. »
    Bref, selon Jean-Claude Meurens, l’histoire du vrai Aubelois « né-natif », ce serait du pipeau, pour autant qu’on se secoue un peu...
    Y.B.

  • AUBEL B EN 3ème PROVINCIALE C

    L'équipe d'Aubel B évoluera en 3ème Provinciale C la saison prochaine avec les clubs suivants: Fléron, Croatia Wandre, Etoile Dalhem, Elan Dalhem, Andrimont, Olne, Royal Avenir Fouron, Beaufays B, Haccourt, Rechain, Cornesse, Soumagne, Saive, Charneux, Richelle B.

    Quelques beaux derbies en vue.

    Lien permanent Catégories : Football