Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J’espère toujours refaire de la compétition »

L’Aubelois Antoine Duvivier était l’un des meilleurs spécialistes mondiaux du duathlon début des années 2010Capture d’écran 2020-11-25 à 08.03.39.png

Que devient Antoine Duvivier ? Au début des années 2010, l’Aubelois était l’un des meilleurs spécialistes mondiaux du duathlon (sport qui combine course à pied et cyclisme), mais depuis quelques années, il a disparu des radars. Contraint de renoncer au duathlon en raison d’une blessure persistante au pied, le Theutois d’origine n’a pas renoncé pour autant au sport de haut niveau et il espère toujours revenir en compétition.

« JE N’AI PAS CHOISI DE M’ARRÊTER »

Quand on l’interroge pour connaître son état d’esprit par rapport au duathlon, il n’y va pas par quatre chemins. « Je dois reconnaître que j’ai un peu des regrets, car je n’ai pas choisi de m’arrêter. En tant que sportif, on se dit à un moment donné : ‘ça y est, je peux me permettre d’arrêter’, mais je n’étais pas arrivé à ce stade en duathlon. J’avais commencé en 2007, j’en étais encore au début, cela devait continuer. La compétition me manque quand même… J’espère toujours en refaire à un bon niveau, que ce soit en duathlon ou à vélo. Je souhaite retrouver le niveau que j’avais atteint en duathlon et si je n’arrive plus à faire de la course à pied, je me tournerai vers le vélo. »

En attendant de pouvoir atteindre ce but, l’Aubelois enchaîne les bornes au guidon de son VTT et de son vélo de route, à raison d’environ 15.000 kilomètres par an et de 12 à 15 heures hebdomadaires. « En 2021, je vise une nouvelle participation au Challenge BAMS, qui comprend six courses. C’est l’objectif principal, vu que je ne sais pas encore trop à quoi m’en tenir avec la course à pied », reprend celui qui est désormais établi à Aubel, où il a ouvert une maison d’hôtes en 2017, et qui est papa de deux filles (5 et 2 ans).

D'un article d'OLIVIER DELFINO à lire dans LA MEUSE VERVIERS du 25 novembre 2020

Écrire un commentaire

Optionnel